• Accueil
  • > La Crise et les Banksters

La Crise et les Banksters

8538.jpgLa crise….

 

Pieds nickelés et banksters 


Nous pourrions traiter ça d’une façon ou de l’autre, mais nous allons le faire à la bonne franquette, avec des émotions, des faits, des chiffres, et tous les regards possibles.

 

« C’est simple…. » Sarkozy, le 14 septembre 2006, de retour des USA, plein d’idées lumineuses….  : 

http://www.dailymotion.com/video/k6TuuL4psuPKQkO3a4

 

Nicolas sarkozy vient de décider d’octroyer une largesse de 320 milliards d’euros en couv114.jpgprêts aux groupes financiers français qui en auraient besoin. A cela il a rajouté dans la balance 40 milliards d’euros de participations de l’état dans des entreprises qui auraient besoin de recapitalisation.

Les sommes en question dépassent tellement l’entendement, après s’être entendu dire pendant des années  que l’état n’en pouvait plus (par les mêmes, hein Sarko ! regarder la vidéo de cet homme à la parole très élastique…) ,qu’il convient de s’arrêter sur les ordres de grandeur, comparer.

 

* 360 000 000 000 d’euros pour étancher la soif des actionnaires des grands groupes financiers français,

 * 30 fois l’argent du RMI et de la  CMU réunis. 

 * 6000 euros par habitant

 

          Ou autrement dit le PNB de la France étant de 2 067 000 000 000 d’euros estimés, laaliment74.gif petite nomenclatura dorée qui dirige la France a décidé d’en découper une énorme  partie pour l’offrir (*) à ses chers et tendres ami(e)s, cadeau se montant donc à 17,42% de la richesse produite sur une année par les Français.

Ou bien encore,  Sarkozy, à l’image des autres dirigeants de l’Union Européenne, vient d’offrir 2 mois des revenus de chaque français. 

Puisque c’est  le blog de Menton  , ça nous fait 180 millions d’euros versés par la population mentonaise,  pour les actionnariats nécessiteux des grands groupes financiers. En prêts comme en dons généreux.

Au téléthon mentonais pour la sauvegarde des amis de Mme Parisot et de notre vénéré président, la Perle de la France s’est levée, haute et ali01.giffière, toutes bourses déliées. 

Vive nous !

 

(*)

J’entends ici ou là, même un présentateur de la télé l’a dit, que ce serait de l’argent virtuel, que ce qui serait prêté ne le serait pas vraiment puisque cela serait optionnel comme notre bon président nous l’a affirmé.

D’abord une petite remarque : Si ce n’était pas réel, si c’était vraiment virtuel, pourquoi le faire ?

En fait,  l’état avec de l’argent qu’il n’a pas va prêter 320 milliards d’euros en les empruntant !

A qui ? ah, bah…. devinez….

Il y a deux effets :

1)

Le premier est une dévaluation mondiale brutale des monnaies (puisque tout le monde fait la même chose en même temps), d’à peu près 20% du PNB de la planète (si on en reste là), c’est à dire du montant de l’argent créé, et que personne n’a, pour pouvoir le prêter  aux groupes capitalistes (ou leur donner quand il s’agit de participations) . Aucune richesse supplémentaire n’est créée mais beaucoup d’euros le sont eux réellement.

C’est l’effet kiss, qui va percoler (vous savez le café qui coule doucement au travers du marc) et va faire se coincer lentement, de loin en loin, l’économie dite réelle . 

Ne croyez pas que je plaisante ou exagère, l’Espagne vient de voire le nombre de ses chômeurs grimper de 500 000 en quelques mois, et c’était là les chiffres à la fin du mois d’Aout (ne pas prendre l’Espagne pour le Tiers Monde), puis de 100 000 de plus en septembre.

C’était avant le grand braquage. Maintenant la suite parait difficilement imaginable.

2)

L’effet cool des largesses et prêts c’est que l’état va les emprunter . A qui ? devinez….qui paiera ?

 

Si c’était comme ça ? 

http://www.dailymotion.com/video/kstAeyQPSZ0YzDMYtK

 

Mais revenons en arrière,

 L’argent, comme si vous y étiez…..

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur où passait votre travail, et comment, que diable, était-ce possible que nous en soyons arrivés là ?

Prenez le temps, asseyez-vous et vous vous rendrez compte que c’est très intéressant…

(Il n’y a pas lieu, par ailleurs, d’estimer qu’en soit, ces petits films expliquent tout, reste également ce qui les sous-tends, la production réelle de richesses, l’exploitation de l’homme,  par l’homme qui les crée. )

1ere partie :

http://www.dailymotion.com/video/k3qxi54d1INWjjNd5o

2eme partie :

http://www.dailymotion.com/video/k2d8ws2N7GOTHGNd8Y

3eme partie :

http://www.dailymotion.com/video/k476mfbhKEUrYoNdc7

 

 

 

200 ans de bourse américaine :

Regardez bien ce graphique de plus de 100 ans du Dow Jones, indice phare de la bourse américaine. Vu ainsi les choses paraissent comme une montée inexorable vers le ciel…

Et pourtant, si on intègre l’inflation, le même graphique (pris là sur 200 ans, en grande partie reconstitués), une toute autre histoire se raconte, pleine de la fureur des relations sociales et des guerres, des crises et des avancées d’une classe contre une autre.

Donc , le premier graphique sans l’inflation et le second graphique avec l’inflation. C’est bien sur le 2eme qui importe, celui qui tue même l’idée des fonds de pension (les retraites) basés sur la bourse (comme le désirait la droite et une partie de la gauche).

djia100yearlinear.gif

infdji2000810.jpg

On voit là de nombreuses choses (cliquez sur les graphiques pour les avoir en plus grands) :

1)

la valeur des actions en 1982 était égale à celle de 1906, ou  bien celle de 1929 bien plus élevée que l’essentiel de la période jusqu’en 1992/1993…. A l’inverse ceux qui auraient acheté en 1932 ou 1920 et vendu en 2000 ou 1966 ou 1929 auraient été les rois du pétrole.

La leçon ?

Il est inexact de dire que la bourse sur le long terme c’est bon (donc pour les retraites), sauf pour ceux qui vivent 200 ans ….. Un placement long terme n’est bon que si on est au moment bas d’un cycle .

Il faut donc savoir à quel moment d’un cycle on est.

Qui le sait ?

2)

Je ne veux pas être venimeux mais la mode de ces dernières années était aux fonds de pension basés sur la bourse et autres produits toujours plus exotiques (vous savez, ceux qui, justement, qui…..). Ces dernières années ? Se reporter au 2eme graphique :

On est en haut ou en bas d’un cycle ? …..(comparez les cycles et réfléchissez)

3)

Bien voir les risques de descente actuelle aux enfers de la bourse. Et comparer avec ce qu’ils ont déjà produits dans les 3 cas où ils se sont produits au 20eme siècle. 2 fois ce genre de rectification s’est terminée par une guerre mondiale.

 

4) 

Mon petit fonds de pension à la Française (ou, comment, en se basant sur des produits spéculatifs, les foyers français se sont fait piller un fonds censé compenser les limites de la retraite par  répartition).  (**) Mis à la fin de la page

 

 

Un rappel de Gérard Filoche, membre du PS et inspecteur du travail, était le 9 juin 2008 l’invité du collectif Riposte à Macon, Saône-et-Loire, pour deviser sur les retraites. Ex de la LCR, Filoche est évidemment un spécialiste du droit du travail et  très à gauche dans ce parti, ce qui n’est pas un mal , en ces temps de crise :

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Le scandale de la Société générale, une caméra était là :

http://www.dailymotion.com/video/k3gA7cj3KnAf4gtsEk

et un peu d’immobilier d’il y a quelque temps :

http://www.dailymotion.com/video/k6Hz1g049aoNPaIm7M

(**)  Le point « 4) »

Rappelons notre graphique de la bourse sur 200 ans, en le corrigeant de l’inflation, et ensuite nous parlerons du fonds de réserve des pensions à la française qui vient de se faire dévaliser :

Il y a quelques années fut créé un fonds de reserve des retraites chargé de suppléer au supposé vieillissement des retraites par répartition. 

Ce fond, basé sur la capitalisation, a été construit sur notre argent, en le mettant sur le marché des actions et des obligations, c’est à dire à 95% sur des produits spéculatifs susceptibles de perdre violemment une énorme partie de leurs valeurs.  Les réserves de ce fonds en monnaie  ont même disparu.   Il n’y a plus que des titres et des obligations qui viennent de fondre brutalement. 

Déjà , de premiers coups de semonce avaient eut lieu en début d’année, dont une pétition nationale , à la suite de premières pertes et de l’avidité de l’état pour se servir des réserves de ce fonds pour en disposer en faveur des cadeaux faits aux bourgeois  lors de l’intronisation de Sarkozy (15 milliards d’euros en cadeau de remerciement pour le sacre).

Nous remarquons également que les frais de gestion de ce fonds sont littéralement colossaux, atteignant presque 70 millions d’euros (et la part des salaires, là dedans, est faible). Surprenant non ? Lire en fin de page les graphiques que le site publie qu’il faut grossir énormément pour voir apparaître cette surprenante curiosité.

 

         Ce fond, basé sur le catéchisme distillé toutes ces dernières années pour être maintenant obligé d’avouer que le fonds avait perdu 11% des sommes que nous lui avions confié .Du 1er janvier 2008 à fin Août 2008 (donc avant la tourmente de ces dernières semaines).

Puis, se faisant tanner par l’exigence publique, un nouveau communiqué rectificatif est apparu au 14 Octobre montrant une chute de 14% de la valeur de ce fonds, d’après eux.

On passera sur la propagande de cet article comme quoi il n’a rien placé en produits titriques toxiques suivant le charabia consacré . Rien en titres de banques et organismes ayant, eux, acheté des tranches de salamis subprimal ?

Vraiment rien ?

Mais même ce communiqué a été mis en cause par un membre du conseil de surveillance qui a avancé le chiffre de – 25%, ce qui représente une perte colossale. Qui croire d’après vous ?

Un holdup du  bien public qui serait à hauteur de 8 à 10 milliards d’euros…..

          Même les chiffres sont forcement sujets à caution quand on n’y intègre pas l’inflation.  Rappelons-nous les graphiques entre une bourse sans compter l’inflation et un graphique sur lequel on compte l’inflation. Ca change tout , et les bons comptes des gestionnaires de ce fonds deviennent alors des contes pour enfants.

 

Voilà pour les fonds de pension.

Une arnaque.

 

Appelant à révolte et

 

révolution.

1 Réponse à “La Crise et les Banksters”


  • Ci-joint reprise d’une critique parue dans une tribune du site du NPA 69 , critique dont nous partageons l’essentiel sur les fondements de la crise dus fondamentalement à la part trop léonine encaissée par la bourgeoisie dans la production des richesses par les travailleurs : http://npa69.eu.org/index.php?option=com_content&view=article&id=122:une-critique-de-la-video-l-largent-dette-r&catid=25:contributions&Itemid=28
    Une critique de la vidéo « l’argent dette »

    La vidéo « l’argent dette » donne à mon avis une part trop grande aux banques dans la crise actuelle. Paul Grignon semble reprendre l’idée d’un capitalisme financier déconnecté du capitalisme industriel qui serait neutre dans l’endettement explosif ici dénoncé.

    La création monétaire, pour peu qu’elle n’aille pas plus vite que la création de richesse matérielle ou de services, n’est aberrante en soi. Le problème commence quand on laisse cette énorme responsabilité à des organismes privés. De ce point de vue, la conclusion de la vidéo en faveur d’un monopôle public du secteur bancaire mérite tout notre soutien.

    Mais laisser entendre que l’explosion mondiale de la dette est de la seule responsabilité des banques est faux : c’est le capitalisme dans son ensemble qui a trouvé dans l’endettement des ménages et des Etats une solution provisoire à ses contradictions. Les bas salaires en chine, en Inde etc, la remise en cause des droits sociaux, le blocage des revenus des travailleurs dans les pays développés, ont permis la hausse des profits mais ont limité les possibilités de vente des productions. Le recours à l’endettement a, provisoirement, permis de créer des débouchés.

    La crise n’est pas une crise de pénurie mais une crise de l’excès : l’excès de capitaux issus de l’explosion des profits. On peut appeler ce phénomène « suraccumulation de capital ».

    Voici le point aveugle de cette vidéo : ce ne sont pas les banques qui créent la richesse mais le travail. La part de travail non payé constitue le profit. Ce profit ne trouve pas, faute de débouchés solvables, à s’investir de manière rentable dans un secteur productif utile. Il va s’accumuler dans le secteur financier et provoquer de grands désordres : bulles, crises, dettes des ménages ….

    Dans ce contexte, les revendications telles que le SMIC à 1500 Euros, la retraite à 60 ans, l’abolition de la dette du tiers monde, des dettes des Etats et des ménages surendettés, la généralisation des garanties sociales (retraites, sécu) dans le monde entier, ne sont pas seulement des exigences morales : ce sont des mesure économiques rationnelles pour une sortie de crise qui soit en faveur des travailleurs et des peuples.

    Ainsi à travers de telles luttes et revendications pourrait se créer une véritable dynamique anticapitaliste. Mais pour la réalisation d’un tel programme, nous aurons besoin d’une vraie gauche.

    écrit par Gérard Vaysse

Laisser un Commentaire




Walter Lewino |
ROUGE AU COEUR |
Comité Agir Pour Prémilhat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pour Villiers 2012...
| NARROSSE, ou Clochemerle su...
| DORDOGNE